Réunion publique de mi-mandat : la démocratie aux abonnés absents

Après 3 ans d'immobilisme, la mairie ressert ses vieux tubes de campagne.

Le jeudi 5 mai 2011, se tenait l’une des réunions organisées par la Mairie d’Asnières à l’occasion du mi-mandat municipal.

L’assistance, pas nombreuse, était composée pour moitié d’élus de la majorité municipale, pour l’autre de citoyens asniérois venus exposer leurs problèmes.

Le principal constat à tirer est donc le désintérêt marqué des asniérois pour ce type de rencontre. Cela n’est pas un hasard. Chacun se rend bien compte que cette parodie de démocratie locale n’est ni sérieuse, ni constructive. Si les mots de concertation, transparence et tutti quanti ont pu tromper leur monde à l’occasion des dernières élections municipales, les asniérois constatent que la pratique du Maire et de ses adjoints est aujourd’hui bien différente :

  • Monsieur Pietrasanta, déjà condamné deux fois en deux ans par le Tribunal Correctionnel pour diffamation envers ses opposants.
  • Asnières Infos condamné en correctionnelle pour avoir censuré l’opposition.
  • La Mairie sanctionnée par le Tribunal administratif pour non respect des droits de l’opposition.
  • L’adjoint au Maire Gomez condamné en correctionnelle pour m’avoir injurié publiquement…

Tout cela montre la triste réalité de la « gestion démocratique » « made in » Pietrasanta.

D’ailleurs, lorsque ce dernier ose annoncer à l’assistance qu’il a « restauré » la démocratie, nul ne peut s’empêcher de sourire, voire de rire franchement. Ces propos de campagne électorale, s’ils ont fait mouche il y a trois ans, ne sont désormais plus efficients. Mais, tel un disque rayé, l’actuel Maire répète à l’envie ses bons vieux slogans usés jusqu’à la corde. Excepté lui et quelques élus, plus personne n’y croit.

Pour le reste, pas de surprise : la réunion s’est déroulée dans un climat tendu, le Maire et ses élus ne supportant pas que quelqu’un ose les contredire. Le lot habituel de contre-vérités a été déballé, sur les finances, la sécurité, l’intercommunalité, la propreté…

Les élus de la majorité, dont certains très agressifs, n’ont pas supporté que j’apporte quelques correctifs aux bêtises qui avaient été dites et répétées dans le cadre de la grosse propagande municipale payée par nos impôts locaux. Ils n’ont pas supporté qu’une dame leur reproche l’absence de transparence et de démocratie à Asnières. Ils n’ont pas supporté que quelqu’un ose se plaindre de l’insécurité. Le Maire est même allé jusqu’à s’en prendre à mes enfants, coupables à ses yeux d’avoir figuré sur une photo de nouvel an dans Asnières Infos il y a 5 ans.

La haine, sans cesse mâchée et remâchée ne fait ni un Maire ni une politique municipale. C’est ce qu’ont dû se dire les quelques asniérois venus évoquer des questions concrètes, et repartis deux heures plus tard sans la moindre réponse.

100% Asnières