Municipales : Manuel Aeschlimann répond « oui » à la Reconquête

Jeudi soir. Dernier jour du mois de janvier. Plus de 700 personnes ont pris place dans un espace Delage plein à craquer.
Jeudi soir. Dernier jour du mois de janvier. Plus de 700 personnes ont pris place dans un espace Delage plein à craquer.

Affluence des grands jours pour la génération reconquête

Invités pour 19h30 par Manuel Aeschlimann, c’est dès 19h qu’une file ininterrompue se faufilait dans la salle, habillée aux couleurs de 100% Asnières.

Ambiance chaleureuse et festive, les équipes de 100% Asnières s’affairaient à accueillir et placer les invités, tandis que Manuel Aeschlimann recevait des tonnes de voeux de santé… et de future reconquête.

« Reconquête ». Le mot était lâché. Avec « Union », il constituera le fil de la soirée.

Auprès d’un public mobilisé, rêvant déjà aux batailles à venir, mon propos n’a pas eu de peine à trouver un écho retentissant, à la hauteur de la lente -mais sûre- dégradation de notre ville.

Après avoir rendu hommage à tous ceux qui, dès 2008, ont relevé la tête, rappelé la méthode et l’esprit de notre Mouvement, précisé sa nature de rassemblement transpartisan, une explosion de joie a accueilli mon appel à la reconquête. Un moment d’intense communion.

Après avoir entendu Thomas Lam (@tdasnieres), un des jeunes talents de 100% Asnières, développer les principaux ressorts de son engagement pour la ville et les attentes de notre jeunesse oubliée par l’équipe municipale, André Mancipoz (@AMancipoz) a dénoncé, exemples à l’appui, les errements de la gestion financière de la majorité socialiste en place et le primat d’une communication municipale outrancière sur le souci du quotidien des Asniérois.

L’amour d’un homme pour sa ville

C’est dès les premiers mots que Manuel Aeschlimann a répondu aux souhaits de candidature en 2014 que beaucoup lui avaient exprimés, dès le début de soirée.

Une déclaration qui ne manqua pas de susciter un bruyant éclat de satisfaction, témoin d’une attente -longtemps- contenue, parfois d’un doute refoulé.

Soulagement et exaltation d’un public nostalgique, mais bien décidé à renouer avec les bienfaits collectifs d’un projet porté par une vraie ambition pour la ville et l’ensemble de ses acteurs.

Puis, Manuel Aeschlimann a déroulé sa vision d’une reconquête collective menée par les cohortes de militants et supporters de 100% Asnières -déjà près de 1500- enthousiastes et mobilisés sur le terrain.

Les ténors nationaux à l’unisson

Les ténors de l’UMP étaient là aussi, dans leur diversité, incarnant la nouvelle direction bicéphale du mouvement.

Martelant les messages d’appel à l’union, Roger Karoutchi, l’innénarrable Sénateur, ancien Ministre, ami fidèle d’Asnières, s’est appliqué à égrainer les méfaits de la division en 2008, puis en 2012. Le vice président de l’UMP a rappelé l’impérieuse nécessité du rapprochement le plus rapide possible avec les alliés et forces politiques locales, de 100% Asnières à l’UDI de Jean-Louis Borloo. Avant de confier son soutien au leadership incarné par Manuel Aeschlimann…

Puis Valérie Pecresse, infatigable leader de l’opposition à Jean-Paul Huchon, a fait irruption, à la surprise générale. La députée des Yvelines, ancienne Ministre, s’est associée au concert de voix pour la reconquête. Elle a fait observer, élogieuse, que le succès de la rencontre reflétait le bilan positif de la gestion municipale de son hôte, Manuel Aeschlimann. La Secrétaire générale déléguée de l’UMP, proche de François Fillon, a rappelé son soutien à la reconquête, partout en Ile-de-France et à Asnières en particulier.

Sur les accents volontaires et conquérants de l’hymne national, une grande partie de l’équipe a regagné la tribune pour s’unir, par la ferveur, à la reconquête en marche…

Un grand merci à tous ceux qui nous ont aidés à faire de cette soirée une grande réussite ! Et maintenant, tous au travail!

Marie-Do Aeschlimann