De l’ombre à la lumière ?

Depuis plus de cinq ans, nous dénonçons et combattons avec vigueur, conviction et opiniâtreté, le sectarisme et l’incompétence de la municipalité asniéroise dirigée par Sebastien Pietrasanta. Si tout va bien, […]

Depuis plus de cinq ans, nous dénonçons et combattons avec vigueur, conviction et opiniâtreté, le sectarisme et l’incompétence de la municipalité asniéroise dirigée par Sebastien Pietrasanta.

Si tout va bien, dans moins de quatre mois, notre équipe, autour de Manuel Aeschlimann, débouchera du tunnel vers l’éclatante lumière de la victoire.

Pour que ce changement de statut, brusque passage de l’ombre à la lumière, ne nous aveugle pas, nous devons nous préparer à y être exposés.

Gagner d’abord et réussir ensuite!  Tel est notre double objectif, l’un n’allant pas sans l’autre.

La première partie du challenge exige que l’équipe soit perçue par l’Électeur comme le recours crédible qu’il appelle de ses vœux. Il attend bien sûr de ses futurs édiles du dynamisme et de la pugnacité, mais d’abord de la compétence, de la rigueur, l’esprit de responsabilité,  du pragmatisme, du sang-froid, de l’honnêteté, du cœur et de l’humanité. A l’inverse, il ne veut pas plus de teigneux, de hargneux, de violents, de calomniateurs, de revanchards, de menteurs,  que d’incapables, de sectaires, de fantaisistes, de corruptibles ou de paresseux.

Laissons donc à nos adversaires de tous bords le soin de se discréditer eux-mêmes avec leurs comportements méprisables et ne tombons pas dans les pièges qu’ils nous tendent.

Cela n’altère nullement nos droits de critique des autres candidats ni de réaction aux attaques sordides qui ne vont pas manquer: « Monsieur Plus Grand Commun Diviseur dit vouloir « redonner à la politique ses lettres de noblesse », tout en se livrant à des attaques perfides contre Manuel Aeschlimann.

Ne faisons pas comme lui: gardons notre flegme et notre objectivité pour dire la vérité, rien que le vérité. C’est ainsi que nous forgerons notre image de respectabilité qui séduira les asniérois et les asniéroises.

En nous imposant à nous-mêmes cette contrainte de bonne conduite, nous nous projetterons dans « l’après-30 mars » et serons mieux armés pour redresser Asnieres et réussir la prochaine mandature.

Soyons les nouveaux sages de la Cité!

Par Christian Ginisty

Thomas Lam